L’Unadef appelle tout le monde à se mobiliser pour « faire face à la résurgence de la dictature »

30/11/2015 12:32

 

 

 

L’Unadef appelle tout le monde à se mobiliser pour « faire face à la résurgence de la dictature »


La formation politique que dirige Charles Mwando Nsimba a réagi à l’annonce de la convocation du Dialogue politique par le chef de l’Etat. A la clôture de son congrès, ce parti a pris des résolutions.

L’Union nationale des démocrates fédéralistes a réagi vivement au message du président Joseph Kabila annonçant samedi sa décision de «convocation du dialogue politique national inclusif », en appelant « tout le monde à se mobiliser» contre « la résurgence de la dictature» en République démocratique du Congo.

L’Unadef, qui considèrent ce dialogue comme « un appel apparemment pathétique qui laisse beaucoup de zones d’ombre », a réaffirmé, « à la suite du G7 qu‘elle n‘est pas partie prenante à ce dialogue ».

 

«Dorénavant, compte tenu de la persistance de la violation de la Constitution que nous avons constatée à l’occasion de ce discours, tout le monde doit se sentir comme mobilisé en vue de faire face à la résurgence de la dictature », a déclaré, hier 29 novembre, son président Charles Mwando Nsimba, à la clôture du congrès du parti tenu à Kinshasa les 28 et 29 novembre 2015.

 

Il a aussi formulé le vœu que «la libération des prisonniers politiques, annoncée par le président de la République soit totale et non sélective ».

 

« …DANS LES DÉLAIS CONSTITUTIONNELS»

 

A l’issue de son congrès, l’Unadef, « respectueuse des textes légaux », a adopté dix résolutions, dont la première « exige la tenue des élections présidentielle et législatives dans les délais constitutionnels ».

 

A propos du dialogue national tel que proposé par le pouvoir, elle note qu’«il s’avère clairement qu’il n’a pour objectif que de favoriser le glissement». Par conséquent, l’Unadef a affirmé qu’elle « n’est pas partie prenante». Ainsi, elle « demande à chaque institution de s’assumer dans son secteur ».

«Il appartient à la Ceni d’élaborer le calendrier au gouvernement d’assurer la logistique et le financement et au parlement de finaliser les textes légaux», a soutenu l’Unadef qui « en appelle à la communauté internationale afin d’accentuer la pression pour l’organisation des élections dans les délais constitutionnels, et de ne pas faire le jeu de prolongation ou du glissement par une quelconques médiation ou facilitation ».

Dans la foulée, elle demande « l’annulation, sans délai, des actes de nomination des commissaires spéciaux pris en violation de la Constitution », exigeant, par conséquent, « la tenue immédiate des élections des Gouverneurs des provinces et la levée sans condition des mesures de neutralisation des Assemblées provinciales ».

 

« Un candidat G7 Président de la République

S’agissant des scrutins de 2016, l’Unadef exhorte le G7, qu’il soutient, à « désigner le plus rapidement possible le candidat Président de la République » afin de permettre à ses militantes et militants de « commencer le travail de mobilisation », l’invitant à « passer à de actions concrètes de résistance contre la dérive dictatoriale ».

Invitant tous ses membres à « plus de cohésion et à ne pas céder ni à la pression ni aux intimidations », l‘Unadef « exhorte le G7 à consolider les rapports avec le reste de l’Opposition pour aboutir rapidement à l’alternance politique ».

Pour terminer, les congressistes ont recommandé au comité directeur d’«harmoniser les dispositions statutaires du parti, en vue de les adapter aux donnes actuelles ».

Par O. DIOSO



En savoir plus : http://www.unadef.net/